top of page

Saine moquerie

Une question anxieuse nous agite souvent lorsqu’on anime des ateliers de philosophie : est-ce philosophique ou pas ?


Cette question, légitime, nous prémunit de la dérive où tout et n’importe quoi est appelé philosophie : parler, dessiner, vivre…sans qu’on puisse identifier aucune spécificité à l'activité qu'on propose.


Mais une autre dérive nous guette, plus sournoise : sous couvert de rigueur intellectuelle, on peut se rigidifier dans une doctrine du “philosophiquement correct”.


On se met à traquer tout ce qui n’entre pas dans notre définition et … on cesse de penser !


“Je ne peux pas parler de ce concept parce qu’il n’est pas philosophique”, “On ne va pas s'appesantir sur un exemple parce qu’en philosophie il faut toujours viser l’universel ” etc.



Pascal disait "Se moquer de la philosophie c’est vraiment philosopher."


Une pensée est vivante lorsqu’elle est capable de prendre de la distance vis-à-vis des règles ou des principes, par nature figés, et qu’elle s’autorise à renouveler sans cesse son jugement.


En somme, la moquerie est une affaire sérieuse en philosophie !

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page